Lettre au recteur Guy Breton de la part du Président de l'Association canadienne des professeures et professeurs d'université

30 novembre 2017

Lettre au recteur Guy Breton de la part du Président de l'Association canadienne des professeures et professeurs d'université

Docteur Guy Breton
Recteur
Université de Montréal
2900, boul. Édouard-Montpetit Montréal (Québec) H3T 1J4

Docteur,

Je vous écris au nom de l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université (ACPPU) qui représente plus de 70 000 membres du personnel académique dans plus de 120 universités et collèges au Canada.

Lors de l’assemblée du Conseil de l’ACPPU qui s’est tenue la fin de semaine dernière, les délégués ont examiné et débattu le projet de loi d’intérêt privé modifiant la charte de l’Université de Montréal dont est actuellement saisie l’Assemblée nationale du Québec. Les modifications proposées, si elles étaient adoptées, changeraient radicalement la structure de gouvernance de l’Université de manière telle qu’elles violeraient les principes largement reconnus de la collégialité et de la liberté académique et qu’elles outrepasseraient les dispositions de la convention collective intervenue entre l’administration de votre établissement et le SGPUM.

Après avoir examiné attentivement la question, le Conseil de l’ACPPU a adopté à l’unanimité la résolution suivante :

Le Conseil de l’ACPPU appuie le SGPUM dans ses actions contre l’administration de l’Université de Montréal dans le dossier de la gouvernance de cette institution.

En tant que recteur de l’Université, il vous incombe de défendre la liberté académique, qui inclut le droit pour les membres du personnel académique de participer à la gouvernance de leur établissement. L’énoncé de principes de l’ACPPU sur la liberté académique est sans équivoque sur cette question : « La liberté académique comprend [...] la liberté de servir l’établissement d’enseignement et la collectivité [et] la liberté d’exprimer ses opinions au sujet de l’établissement d’enseignement, de son administration et du système au sein duquel une personne travaille. » De même, l’énoncé de principes de l’ACPPU sur la gouvernance reconnaît que la gouvernance collégiale de l’établissement est essentielle pour que celui-ci puisse remplir sa mission publique de création, de préservation et de diffusion du savoir, ainsi que d’éducation des étudiants.

Le projet de loi 234 porterait sérieusement atteinte aux principes fondamentaux de gouvernance collégiale qui sont établis dans toutes les universités au Canada. Il est impératif que vous vous prononciez contre les modifications législatives proposées et que vous souteniez la liberté académique et la gouvernance collégiale.

L’ACPPU est extrêmement préoccupée par la question de gouvernance à l’Université de Montréal. Je compte donc soumettre le dossier à notre Comité de la liberté académique et de la permanence de l’emploi afin qu’il soit dument examiné et suivi d’effet.

Je vous prie d’agréer, docteur, l’expression de mes salutations distinguées.

Le directeur général,

David Robinson


c.c.

James Compton, président de l’ACPPU

Peter McInnis, président, Comité de la liberté académique et de la permanence de l’emploi de l’ACPPU

Jean Portugais, président, SGPUM

voir plus de déail
  • Événements
  • Dates repères
  • Autres
Conventions et ententes Statuts et règlements Procédure des assemblées CHARGE PROFESSORALE Formulaire - charge professorale Page Facebook SGPUM Politique de communication